Selon le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, le Maroc, a renforcé, diversifié, adapté et monté en gamme des dispositifs de formation publique (OFPPT et enseignement supérieur) et même confié la gestion de certains instituts et de certaines écoles aux professionnels eux-mêmes, ce qui “nous a permis de créer plus de 400 000 emplois sur les 500 000 prévus 2 ans avant l’échéance du Plan d’accélération industrielle (PAI).