L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) s’est dite “préoccupée” par les menaces sur la liberté de la presse en dépit de la baisse du nombre de journalistes tués en 2019.

Bien que le nombre de journalistes tués dans le monde ait été presque divisé par deux en 2019, les professionnels des médias demeurent confrontés à des risques graves, l’impunité qui entoure les crimes contre eux étant presque totale, souligne l’organisation onusienne dans un communiqué.

L’Observatoire de l’Unesco sur les journalistes assassinés a enregistré 56 décès de mort violente en 2019, contre 99 en 2018, soit le bilan le plus faible depuis plus de dix ans, relève-t-on de même source, ajoutant qu’au total, l’Unesco a recensé 894 assassinats de journalistes au cours de la décennie 2010-2019, avec une moyenne annuelle de près de 90 meurtres.