Infomediaire Maroc – Le Maroc avance à pas sûrs vers l’intégration régionale des marchés électriques avec la signature, à Bruxelles, de la convention de la déclaration sur les échanges électriques entre le Royaume, l’Allemagne, la France, l’Espagne et le Portugal.

Le ministre de l’Energie, des mines et du développement durable, Aziz Rabbah, s’est rendu à la tête d’une délégation importante à la capitale belge pour participer à la réunion ministérielle des cinq pays signataires de la déclaration conjointe de la feuille de route “SET Roadmap” relative au commerce d’électricité durable entre le Maroc et les quatre pays européens lors de la COP-22 à Marrakech, souligne un communiqué du ministère.

Cette réunion, marquée par la présence du directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et du président de l’Agence marocaine pour l’énergie durable, a eu lieu en marge du Conseil de l’énergie de l’Union européenne tenu le 19 décembre, relève le communiqué, ajoutant qu’elle a été axée sur des thématiques énergétiques d’actualité, notamment le commerce de l’électricité durable entre le Maroc et ces quatre pays.

Pour la concrétisation de l’intégration des marchés de l’électricité durable entre ces pays, une étude conjointe a été lancée en septembre 2017 à Rabat, sous la présidence de M. Rabbah, afin de démontrer l’intérêt économique de l’échange d’électricité durable entre ces pays, identifier les barrières aux échanges d’électricité durable et proposer des actions pour lever ces barrières, poursuit le document.

L’étude en question ayant démontré des résultats bénéfiques pour tous les pays en cas d’intégration de leurs marchés renouvelables, les pays précités ont convenu de signer une nouvelle déclaration commune pour valoriser les résultats de cette étude et œuvrer ensemble pour la concrétisation de l’intégration des marchés électriques renouvelables à court, moyen et long terme, indique la même source.

Plus spécifiquement, précise-t-on, les signataires conviendraient que les actions à court terme doivent être axées sur l’amélioration des conditions préalables à l’intégration des marchés des énergies renouvelables. Cela inclut l’examen des questions techniques, juridiques et réglementaires de l’échange transfrontalier et de l’utilisation des interconnexions électriques, en particulier entre le Maroc et les pays de l’Union européenne, ainsi que le développement d’un système électrique mutuellement reconnu, conclut le communiqué.

Rédaction Infomediaire.