Infomédiaire Afrique –  Les travaux du 6ème séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, organisé par le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union Africaine, en collaboration avec la Commission de l’Union Africaine et l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), a ouvert ses travaux, jeudi à Nairobi, avec pour point d’orgue d’aider les nouveaux membres africains du Conseil de sécurité des Nations Unies à se préparer à aborder les questions de paix et de sécurité sur le continent.

 

L’objectif de ce 6ème séminaire de haut niveau est de renforcer davantage les bases posées par le séminaire inaugural de décembre 2013 en vue de l’articulation, la coordination, la promotion et la défense effective des positions communes africaines sur les questions de paix et de sécurité concernant le Continent dans le cadre du processus de prise de décisions au niveau du Conseil de Sécurité des Nations Unies, qui est principalement responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales.

 

Le séminaire offre également aux participants l’occasion de discuter et d’échanger sur la situation de paix et de la sécurité en Afrique et donne un aperçu des défis auxquels l’A3 (membres africains du Conseil de Sécurité des Nations Unies) doit faire face pour s’acquitter de son mandat donné par l’Afrique au Conseil de Sécurité de l’ONU. Il sera aussi question de faire le point de la mise en oeuvre des recommandations faites par les précédents séminaires.

 

Ouvrant les travaux de ce séminaire, le président du CPS, l’ambassadeur Mahmoud Abdelkhalek (Egypte), a souligné la nécessité pour les pays africains de synchroniser et de coordonner leurs efforts pour prévenir et résoudre l’ensemble des conflits au niveau du Continent, relevant que la complémentarité et la synergie entre pays africains sont importants pour avancer, combler les lacunes et remédier aux dysfonctionnements relevés.

 

Il a aussi appelé à fusionner l’ensemble des mécanismes de paix et de sécurité et les faire approprier par les pays africains.

 

Pour sa part, Hanna Serwaa Tetteh, représentante spéciale auprès de l’Union Africaine et chef du bureau des Nations-Unies auprès de l’UA, a appelé de ses voeux à faire entendre la voix de l’Afrique et à optimiser les efforts des uns et des autres pour prévenir les tensions et régler les conflits.

 

Elle a aussi souligné la nécessité de consolider la coordination et de renforcer la collaboration entre le CPS et le Conseil de Sécurité des nations unies pour prévenir et résoudre les conflits. “Aligner les programmes de travail du CPS à ceux du Conseil de Sécurité de l’ONU aidera sûrement à promouvoir la paix et la sécurité dans le continent”, a-t-elle soutenu.

 

L’ambassadeur Monica Juma, Secrétaire de cabinet (ministre) des affaires étrangères de la république du Kenya, a quant à elle mis l’accent sur l’urgence pour l’Afrique de créer un cadre qui lui permet de se développer par ses propres moyens et de prévenir les conflits.

 

L’ordre du jour de cette réunion mettra l’accent, deux jours durant, sur les questions africaines et sur les grandes questions thématiques qui permettront à l’A3, au CPS et aux partenaires de réfléchir largement sur la manière dont les problèmes de paix et de sécurité peuvent être traités conjointement et faciliteront la bonne mise en oeuvre du programme phare de l’UA, faire taire les armes en Afrique. Le Maroc est représenté à ce 6è séminaire par une délégation composée de MM. El Habib Bourane et Adil El Badmoussi de la Mission permanente du Maroc auprès de l’UA et Mohamed Slaoui de l’ambassade du Maroc à Nairobi.

 

Lors de sa 397ème réunion le 23 septembre 2013, tenue au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement à New York, le Conseil de paix et de Sécurité (CPS) a examiné le partenariat entre l’UA et l’ONU dans le domaine de la paix et de la sécurité, et a décidé, entre autres, de la nécessité de “renforcer les consultations entre le Conseil de paix et de sécurité et les membres africains du Conseil de sécurité, afin de s’assurer que les décisions adoptées par le conseil soient effectivement promues et défendues au Conseil de Sécurité”.

 

Pour donner suite à la mise en oeuvre de la décision, le CPS, en collaboration avec la commission de l’UA et l’UNITAR, a décidé d’organiser un séminaire annuel sur la paix et la sécurité. A ce jour, cinq séminaires de haut niveau ont été organisés pour aider les membres africains du Conseil de Sécurité de l’ONU à se préparer à aborder les questions de paix et de sécurité sur le continent.  

 

Rédaction Infomédiaire