L’Union européenne (UE) a adopté formellement vendredi le renforcement de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) qui sera dotée d’un contingent permanent comptant jusqu’à 10.000 agents opérationnels à terme.

Pour assurer une gestion cohérente des frontières extérieures de l’UE et être en mesure de répondre aux crises, Frontex aura à sa disposition un contingent permanent, qui “sera mis en place progressivement, et comprendra jusqu’à 10 000 agents opérationnels d’ici 2027”, précise un communiqué du Conseil de l’UE.

Le Conseil indique avoir adopté un nouveau règlement dans ce sens, qui “constitue un élément important de l’approche globale de l’UE en matière de gestion des migrations et des frontières”.

“Le bon fonctionnement de la gestion des frontières extérieures est essentiel au maintien d’un espace Schengen pleinement fonctionnel et à une gestion des migrations efficace et humaine”, a expliqué la ministre finlandaise de l’intérieur, Maria Ohisalo, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE.

Et d’ajouter que les nouvelles règles permettront à Frontex de “jouer un rôle plus important dans le soutien aux États membres pour le contrôle aux frontières, les retours et la coopération avec les pays tiers”.

En vertu du nouveau règlement, Frontex est renforcée en termes de personnel et d’équipements techniques. En outre, son mandat est élargi en vue de soutenir l’action des États membres, notamment en matière de contrôle des frontières, de retour et de coopération avec les pays tiers.

Le contingent permanent sera notamment composé de membres du personnel opérationnel de Frontex, ainsi que de personnes détachées par les États membres pour une longue durée ou déployées pour une courte durée, et d’une réserve de réaction rapide qui sera maintenue jusqu’à la fin de 2024.

Le nouveau règlement intégrera dans le cadre du corps européen de garde-frontières et de garde-côtes le système européen de surveillance des frontières (Eurosur), afin d’améliorer son fonctionnement.