Les pertes infligées par la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) dans la région de l’Asie-Pacifique pourraient s’élever à 2.000 milliards de dollars US au cours de la transition compliquée de l’état de confinement en termes de pertes de revenus pour les ménages et les entreprises jusqu’en 2021, selon des rapports d’institutions régionales.

La banque asiatique pour le développement (BAD) et d’autres institutions régionales tentent d’évaluer dans leurs rapports le coût potentiel de la pandémie de Covid 19. Premier indicateur livré par ces institutions: un coût possible de 2.000 milliards de dollars.

“Alors que la pandémie se prolonge, nous en apprenons davantage sur ses coûts humains, économiques et financiers”, a déclaré Shaun Roache, économiste en chef de la région Asie-Pacifique chez S&P Global Ratings.

Les politiques économiques peuvent limiter une partie des dommages pendant la première vague de confinement, soutenir la reprise partielle par la transition et fournir une passerelle vers la reprise prévue à la fin de 2021, selon l’institution.

“Nous avons révisé la croissance de l’Asie-Pacifique à 0,3 % pour 2020, contre 4,8 % avant l’apparition de la pandémie de Covid-19. Nous avons ensuite ramené la croissance à seulement 1,2 % pour la Chine, contre 2,9 % pour les dernières projections (post-coronavirus); pour l’Inde, elle est passée de 3,5 % à 1,8 %, et pour le Japon, nous constatons maintenant une contraction de -3,6 %, contre -1,2 % auparavant”, souligne S&P Global Ratings.

“D’un point de vue économique, le principal risque est désormais le chômage”, a fait remarquer Roache. “Les emplois se perdent facilement, mais ils sont difficiles à récupérer et une hausse du chômage, de plus de 4 points de pourcentage dans la région, signifierait une trajectoire de reprise beaucoup plus plate”, a-t-il estimé.