Le premier président de la Cour de cassation, président délégué du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Mustapha Fares, a signé, ce mercredi à Rabat, un mémorandum d’entente portant sur la promotion de la coopération judiciaire avec le Président de la Cour Suprême d’Indonésie, Muhammad Hatta Ali. Le mémorandum d’entente vise à renforcer la coopération dans les domaines de la réforme judiciaire, la transparence judiciaire, la numérisation des tribunaux, l’administration judiciaire des tribunaux et la formation des juges, ainsi que de la recherche sur l’assistance judiciaire bilatérale.

Dans une allocution à cette occasion, Fares a souligné que ce mémorandum d’entente est de nature à consolider le riche héritage érigé entre l’Indonésie et le Maroc au fil des ans, grâce aux nombreuses réunions, visites et accords dans divers domaines, et constituera une base solide pour un partenariat véritablement unique qui établira un avenir prospère fondé sur des valeurs partagées.

Cet accord devra également établir une coopération judiciaire et juridique remarquable avec une vision future claire, et multiplier les possibilités de tirer profit des connaissances et des expériences judiciaires accumulées par les deux institutions judiciaires, a-t-il précisé, soulignant la nécessité d’attacher à cet accord l’importance qui lui sied afin de renforcer davantage les relations entre les deux pays.

Pour sa part, Muhammad Hatta Ali, s’est réjoui du fait que cet accord constitue un “jalon historique” dans les relations solides qui lient les deux pays dans les différents domaines, se disant confiant de la réussite de cette coopération à la faveur de la volonté et des similitudes entre les systèmes juridiques marocain et indonésien. Hatta Ali a indiqué que son pays vise à échanger avec le Maroc l’expertise et les connaissances dans le domaine judiciaire, et à organiser des sessions de formation et des rencontres au profit des magistrats au service de la justice dans les deux pays