La Norvège a suivi l’exemple du Canada en annonçant, lundi, qu’aucun de ses athlètes n’ira à Tokyo si les Jeux Olympiques ne sont pas reportés en raison de la pandémie de coronavirus.

La décision de boycotter le plus grand événement sportif au monde (24 juillet-9 août) a été prise après une rencontre entre la présidente du Comité olympique norvégien, Berit Kjoll, et le ministre norvégien de la culture, Abid Raja, ce lundi à Oslo.

“Le CIO a fait du très mauvais travail. Ils auraient dû prendre la décision eux-mêmes (de reporter l’événement). Comme ils ne l’ont pas fait, nous la prenons”, a déclaré Abid Raja.

La présidente du Comité olympique norvégien avait adressé une lettre au CIO dès vendredi pour lui demander de reporter les Jeux, et l’instance a indiqué dimanche qu’elle se donnait quatre semaines pour étudier la question.

Kjoll a cité la menace mondiale du coronavirus ainsi que l’incertitude parmi les athlètes eux-mêmes qui ne peuvent actuellement pas s’entraîner sur un pied d’égalité pour les jeux d’été: la plupart des installations sportives étant fermées en Norvège, les déplacements difficiles, voire impossibles, et les événements sportifs menant aux Jeux olympiques annulés.

Une réponse qui a soulevé plusieurs critiques et intensifié la pression de certains athlètes, fédérations et comités olympiques nationaux sur le CIO, désormais débordé de toutes parts.